Pour la beauté du geste !

Lara Lutz

Photographe Expérimentée - Art & Product

Publié le 21/08/2017

Quel métier exerces-tu en freelance ?

Je suis photographe spécialisée dans la photographie d’objets d’art et je travaille également la direction artistique de catalogues et livres de collection.

Pourquoi as-tu fait le choix de devenir freelance ?

Je suis quelqu'un de très dynamique qui a besoin d'être inspirée et passionnée par mon travail pour pouvoir bien le faire.
Être freelance répond parfaitement à ses besoins car chaque projet m'amène dans un nouvel univers avec des nouvelles possibilités et des contraintes à découvrir.

Que faisais-tu avant de sauter le pas et de devenir freelance ?

J’étais étudiante quand j’ai commencé à travailler en freelance. J’ai toujours su que j’avais besoin de cette indépendance.
Après, je suis passée par la case entrepreneuriat en ouvrant ma propre maison d'éditions : Imagine Editions. J’ai pu accomplir des projets sublimes pendant trois ans avant de la fermer.
Avec la famille qui s'agrandit, j’ai du faire un choix entre ses deux métiers et ses deux formes de travail. C’est sans doute la liberté dans le freelancing qui a fait peser la balance !

Comment se sont passés tes débuts ?

Très bien !
J’ai eu beaucoup de chances de commencer très tôt dans le studio de photographies de la maison de vente aux enchères Christie’s. Cela m’a donné l’opportunité d’apprendre la photographie de divers types d’objets d’art en passant par des dessins anciens et pastels aux tableaux contemporains, de la sculpture et du bronze aux meubles art déco...
J’ai eu la chance d’apprendre dans un monde enchanté d’oeuvres d’art, guidée par les experts qui me faisaient découvrir les particularités de chaque artiste et par les oeuvres elles-mêmes. J’ai surtout pu apprendre directement d’autres photographes très talentueux et généreux avec leurs connaissances.

Si tu devais ne retenir qu’une qualité pour faire ce métier, quelle serait-elle ?

La flexibilité : pouvoir rapidement trouver une solution quand le plan qu’on a preparé pour le shoot tombe à l’eau. C’est comme un jeu ou on cherche constamment l’angle, la lumière et le reflet au bon endroit. Albert Einstein disait : “En plein coeur de toute difficulté, se cache une opportunité”. J’essaie de travailler chaque contrainte comme la possibilité de trouver ou d’inventer une solution créative. Peut-être que le seul vrai problème c’est de ne pas avoir assez de temps pour faire tout ce dont on rêve !

D’ailleurs, quels appareils photo utilises-tu ?

J’ai toujours mon Canon 5dMarkII en attendant mon tout nouveau 5DMIV :)

Quel est, pour toi, le projet parfait sur lequel travailler ?

J’adore travailler avec des galeristes et des collectionneurs privés sur des projets de catalogue car il y a souvent une énorme passion et beaucoup à apprendre. J’aime beaucoup également travailler avec des marques de bijoux, de décoration ou de mobilier qui cherchent à transformer leurs catalogues en quasi-livres d’art !

Avec quels autres corps de métiers peux-tu travailler pendant tes missions ?

Sur des grands projets, je monte souvent des équipes avec d’autres photographes, des assistants lumière, des retoucheurs, des graphistes et des imprimeurs avec qui j’ai des relations de confiance et l’habitude de travailler. Une bonne équipe est la clé pour le succès de chaque projet.

Quel parcours/quelles études as-tu suivi pour en arriver à ce métier là ?

Ma mère est artiste plasticienne à Rio de Janeiro au Brésil où j’ai grandi. Après l'école, elle nous emmenait, ma soeur et moi, à son atelier. On avait une liberté complète de créer et de découvrir les différentes teintes, textures et matériaux. C'était formidable mais comme toute bonne adolescente, j’ai décidé que je ne voulais plus y aller !

J’ai commencé à passer beaucoup de temps dans le laboratoire photo Kronokroma. C’est la que j’ai fait connaissance avec le photographe francais Milan Alram et la photographie. Il m’a tout appris ; la lumière, le contraste et le cadrage évidemment mais surtout la passion et à “regarder”.

Qu'est-ce qui te plait le plus dans ton métier ?

Justement ce “regarder” ...

A contrario, qu'est-ce qui est le plus difficile dans ton métier ?

Ce même “regarder”… C’est parfois dur de dire sans parler, juste en regardant et en laissant l’objet parler de lui-même.

Un conseil pour un nouveau freelance qui veut se lancer en tant que photographe ?

Parfois, c’est difficile quand on enchaîne de longues semaines de travail. Mais il ne faut pas perdre le fun, le “kiff” personnel pendant les shoots !

Rejoignez la Malt Community

Découvrez d'autres histoires de freelances