Malt devient Malt Hopwork change de nom, bienvenue dans la communauté Malt ! En savoir plus

La relation doit être équilibrée et sous le signe de la confiance

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis développeur sénior. J’ai 35 ans et cela fait 17 ans que je développe en milieu professionnel. Je suis expert dans le développement d'applications mobiles natives (iOS, Android et Windows Phone). J’accompagne aussi les équipes techniques des entreprises et startups dans l’architecture et la mise en œuvre de leurs concepts. J’effectue aussi de plus en plus d’audits de sécurité.

Que faisais-tu avant de sauter le pas et de devenir freelance ?

J’ai travaillé pendant 10 ans dans une SSII (ce qui est un beau record !) puis 3 ans associé dans une société à taille humaine.

Comment se sont passés tes débuts ?

Plutôt bien ! Je me rappelle avoir découvert Malt par hasard et j’ai tout de suite adhéré. La vision était vraiment différente de ce qui existait à l’époque. Les autres plateformes fonctionnaient sur un principe d’enchères inversées. Et ça à plutôt bien matché entre moi et Malt !

Pourquoi as-tu choisi ce métier de développeur ?

J’aime construire mais comme je suis piètre bricoleur, le développement était une bonne option !

As-tu une spécialisation ?

Non. Pour moi se spécialiser, c’est s’enfermer et donc contraire à mon envie de liberté !

Quel parcours as-tu suivi pour en arriver à ce métier là ?

Bien que bidouillant depuis très jeune, je n'ai véritablement su qu’à 17 ans que j’en ferai mon métier. Une fois fixé, je voulais rapidement entrer dans le milieu professionnel alors je me suis orienté vers la seule voie de l’époque qui le proposait : un BTS Informatique en alternance.

Est-ce que tu penses qu'il y a un parcours type pour faire ce métier ?

Non, mais je pense qu’en France nous sommes bien servis et qu’il y aura toujours un parcours qui correspondra à nos attentes.

Qu'est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

L’apprentissage perpétuel et le fait de devoir repartir à 0 ou presque sur tous les projets.

Au-delà de la diversité géographique et culturelle (je travaille pour des clients basés aux États-Unis, Amérique du sud, Europe et Afrique…), j’apprécie la variété des missions proposées.

A contrario, qu'est-ce qui est le plus difficile dans ton métier ?

Nous avons un métier en constante mutation. Chaque jour ou presque de nouveaux langages, de nouvelles plateformes et technologies sont disponibles. Il faut donc rapidement les évaluer et voir s’il est pertinent d’investir dans l’apprentissage. Par conséquent, il faut savoir être pragmatique et se remettre continuellement en question.

Je me rappelle souvent que, si en regardant du vieux code (> 6 mois) je n’y trouve rien à redire, alors il sera temps pour moi de raccrocher.

Peux-tu nous donner des exemples de livrables que tu es en mesure de fournir à la fin d’une mission ?

Je ne pars pas dans ma grotte durant la mission ! Comme la plupart des freelances, j’utilise les méthodes agiles. Par exemple, si c’est du développement je fournis chaque semaine de nouvelles versions de l’application. L’avantage est d’ajuster les éventuels changements et de corriger rapidement les bugs.

As-tu l'habitude de travailler avec d'autres freelances ?

De temps en temps oui. Mais la plupart du temps, je suis tout seul ou bien en liaison directe avec les équipes de développements des clients.

A ton avis, quelles sont les qualités indispensables pour réussir dans ton domaine ?

Pragmatisme et humilité.

Avec l'expérience que tu as maintenant, quels conseils donnerais-tu à un freelance pour bien gérer ses clients?

La relation doit être équilibrée et placée sous le signe de la confiance. Si un déséquilibre se crée pour un non-dit ou pour toute autre raison, il faut le rectifier rapidement sous peine de voir la relation se dégrader.

Comment évalues-tu une mission ?

Je fuis les longs cahiers des charges qui ne laissent aucune place à la créativité. Du coup, la plupart des missions signées le sont avec un brief de quelques lignes. Après, on s’accorde sur un périmètre, une enveloppe globale et hop, c’est parti !

Quelles sont les raisons qui te feraient dire "non" à un client ?

C’est quelque chose qui s’apprend et qui s’apprend vite. De facto, je réponds non à tous les clients qui pensent qu’avoir l’idée c’est 80% du travail. Ensuite, il faut qu’il y ait un bon feeling avec le client et bien sûr que le projet soit intéressant. Une fois toutes ces conditions réunies, le projet ne peut que bien se passer.

Et à côté du boulot, quelles sont tes activités ?

Avec 4 enfants, j’ai une vie de famille bien remplie. Ce qui me reste de temps libre, je l’utilise pour faire du sport, de la course à pied, du fitness et du tennis de table. J’aime bien aussi cuisiner et boire du bon vin ! Enfin, depuis 2 ans, je travaille en équipe sur PLOC, une app pour les amoureux du vins : https://facebook.com/la.bande.a.PLOC/.

Un conseil pour un nouveau freelance qui veut se lancer en tant que développeur ?

Soit fier de ce que tu écris et prends le temps de bien l’écrire. Garde à l'esprit que tu n’écris pas pour le compilateur mais pour les autres développeurs qui, plus tard, seront amenés à lire ton code.

Matthieu Ducrocq vous a conquis ? Partagez !

  • Windows Phone
  • C#
  • iOS
  • Java

Matthieu Ducrocq
Développeur Sénior { Ios - Android - Windows }

Découvrez d'autres stories freelances