Être freelance permet de me créer un large réseau professionnel

Claude Maran

Chef De Projet Digital - Webmarketing

Publié le 14/08/2017

Quel métier exerces-tu en freelance ?

Je suis chef de projet digital, plutôt orienté sur les problématiques e-commerce. Certaines missions m'ont permis de développer des compétences plus orientés PO, Product Owner, avec un aspect plus technique. Cet aspect technique est une vraie valeur ajoutée dans un univers qui se technifie de plus en plus. Je suis aussi spécialisée en méthode agile SCRUM.

Quelles sont les prestations que tu es en mesure de fournir à tes clients ?

Ce sont plutôt des compétences que j'apporte. Généralement, ce que je livre en fin de mission est un projet abouti : refonte de site, campagne media...

Pourquoi as-tu fait le choix de devenir freelance ?

Je voulais pouvoir organiser mon temps de travail comme je le souhaite en alternant missions courtes et longues. C'est aussi l'occasion de se créer un réseau professionnel très large et transverse. Quand on passe des cosmétiques aux médias, il nous faut développer d'autres réflexes, tout en re-mobilisant son expérience. C'est un enrichissement continu auquel je ne renoncerai pour rien au monde !

Que faisais-tu avant de sauter le pas et de devenir freelance ?

J'ai travaillé pour des annonceurs en qualité de webmaster et j'ai aussi été assistant retail, où je gérais des points de vente.

As-tu rencontré des difficultés au début de ton activité ?

J'avoue que cela a été simple avec Malt qui m'a ouvert la voie à des agences, annonceurs que je n'aurais pas pu atteindre tout seul. J’ai trouvé mon premier client avec Malt d’ailleurs !

Quel a été ton parcours avant d’exercer ce métier ?

J'ai fait des étude de lettres et journalisme. C'est une reconversion professionnelle qui m'a permis de me lancer en freelance.

Travailles-tu fréquemment dans des espaces de coworking ?

J'effectue souvent mes missions en régie, je suis donc souvent chez le client. Je n'ai pas encore eu le besoin de faire appel à des service de coworking d'autant plus que j'ai un bureau chez moi mais j'y viendrai peut-être dans ma deuxième partie de vie de freelance.

Selon toi, qu’est ce qui est le plus difficile dans ton métier ?

Pour le moment, pas grand chose ! Il faut juste faire preuve d'une grande adaptabilité et de souplesse quand on est freelance.

Quels sont tes trois outils indispensables ?

Target process pour la gestion de projets, Slack pour parler avec les collègues et ma boite mail ;)

Comment évalues-tu une mission ?

C'est souvent le client qui fixe la durée, en fonction du projet. Le tarif est aussi une donnée qui peut varier en fonction de la complexité de la mission.

Est-ce qu’il y a des missions pour lesquelles tu as une préférence ?

Je suis ouvert à différents secteurs et curieux, donc pas de préférence ! L'idée est de se dire que mes compétences sont transposables d'un secteur à l’autre, avec quelques variables.

Pour finir, quel conseil donnerais-tu à un chef de projet qui veut se lancer en freelance ?

Just do it ! :)

Sinon, je pense qu’il faut faire preuve d'un sens de la relation client sans faille. Je suis un peu de la vieille école où je pense que "le client est roi".

Rejoignez la Malt Community

Découvrez d'autres histoires de freelances