Malt devient Malt Hopwork change de nom, bienvenue dans la communauté Malt ! En savoir plus

Ce qui me plaît le plus, c'est le travail d'équipe et l'entraide

Quel métier exerces-tu en freelance ?

Je suis artisan logiciel. Mon rôle est de concevoir et livrer des logiciels. Le monde de l’informatique étant riche en technologies et méthodologies, les moyens pour y parvenir sont nombreux. Mais il faut garder à l’esprit que notre métier, c’est avant tout d’apporter de la valeur au produit et d’être exemplaire sur la qualité du livrable.

Pourquoi as-tu fait le choix de devenir freelance ?

Je voulais être mon propre patron et ainsi avoir la totale liberté de mes choix. Pouvoir choisir les projets sur lesquels travailler, établir une relation de confiance avec mes clients en accord avec mes valeurs ou encore organiser mon emploi du temps à la carte.

Cela fait 3 ans que je suis à mon compte et je ne regrette rien. Être indépendant procure un sentiment d’accomplissement incroyable.

Que faisais-tu avant de sauter le pas et de devenir freelance ?

J’ai travaillé pour un éditeur de logiciel puis pour une société de services en enchaînant plusieurs missions longues en régie, pouvant aller de 10 mois à 3 ans. Ce furent des expériences très enrichissantes sur de nombreux points, mais je gardais malgré tout cette frustration de ne pas avoir complètement mon destin entre les mains.

Comment se sont passés tes débuts ?

Très bien ! Je me suis inscrit sur Malt quelques semaines avant de passer à mon compte. J’ai trouvé une mission très rapidement et ai pu enchaîner sans aucun temps mort.

Es-tu adepte du travail dans des espaces de coworking ?

Comme je travaille directement chez le client, je ne fréquente pas souvent les espaces de coworking. Cela dit, j’ai eu quelques occasions d’y travailler et je les trouve parfaits pour des réunions de travail, lorsque l’on a besoin de réunir plusieurs personnes sans avoir de local à disposition. Les espaces de coworking offrent également un cadre propice pour ceux qui ne souhaitent pas travailler à leur domicile en permanence.

Cependant, lorsque l’on est seul, il est difficile de se concentrer lorsque l’espace est bruyant et cela peut être problématique pour des métiers comme les nôtres car la concentration a un impact énorme sur la productivité.

Pourquoi as-tu choisi ce métier de développeur Java / Spring ?

Principalement par opportunité professionnelle, car Java est l’un des langages les plus recherchés du marché et possède une communauté très dynamique. Les projets Spring étant incontournables dans le monde Java, il était donc tout naturel de développer également une expertise sur l’écosystème très varié de Spring.

Cela dit, même si je prends beaucoup de plaisir à coder en Java, j’aimerais bien approfondir mes connaissances d’autres langages que j’estime très prometteurs.

Quel parcours as-tu suivi pour en arriver à ce métier là ?

Un parcours assez classique, un BAC+5 en informatique, spécialité développement.

Est-ce que tu penses qu'il y a un parcours type pour faire ce métier ?

Absolument pas. Selon le cursus et le bagage technique préalables, cela peut être plus ou moins difficile. Mais on peut devenir très compétent dès lors que l’on est passionné et persévérant.

Il m’a été donné de croiser tout au long de ma carrière des développeurs aux parcours très différents. Parmi les plus compétents, certains sont autodidactes ou issus de filières très éloignées de l’informatique.

Qu'est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

Nous avons la chance de pratiquer un métier qui offre de nombreuses sources de satisfaction.

Ce qui me plaît le plus, c’est le travail en équipe et l’entraide entre collègues. Ainsi, une émulation se crée et favorise la productivité et la progression de tous les membres de l’équipe.

Bien entendu, les challenges techniques, les problèmes complexes à résoudre et la satisfaction d’avoir pu livrer un produit de qualité sont également des aspects du métier qui me plaisent énormément et me font progresser au quotidien.

A contrario, qu'est-ce qui est le plus difficile dans ton métier ?

Développeur est un métier passionnant, mais également très exigeant. Si on veut progresser et garder un bon niveau d’expertise face aux défis techniques qui évoluent en permanence, il est indispensable de faire de la veille et de se former très régulièrement. Cela réclame beaucoup de temps et d’énergie, souvent pendant notre temps libre.

Également, dans un contexte client, il faut savoir être force de proposition lorsqu’un projet prend une tournure qui n’était pas prévue au départ et trouver des compromis permettant de satisfaire tous les acteurs du projet.

Peux-tu nous donner des exemples de livrables que tu es en mesure de fournir à la fin d’une mission ?

Les livrables que je fournis sont des applications complètes ou des fonctionnalités, plus ou moins complexes, lorsque le projet est plus volumineux.

La nature de ces livrables varie selon le projet, mais la plupart du temps je livre mon code sur le dépôt de code source de mon client.

As-tu l'habitude de travailler avec d'autres freelances ?

Dans le cadre de mes missions, je travaille régulièrement avec d’autres freelances. C’est une chance, car cela permet de partager nos expériences, échanger diverses astuces et consolider notre réseau.

A ton avis, quelles sont les qualités indispensables pour réussir dans ton domaine ?

Je dirais la rigueur et l’humilité.

La rigueur est nécessaire, car on se doit de fournir un travail qui corresponde au mieux aux besoins du client et le plus qualitatif possible.

L’humilité est pour moi encore plus importante. Il faut savoir s’ouvrir aux autres, sortir de sa zone de confort et se remettre en question en permanence. Toute occasion est bonne pour pouvoir s’améliorer et apprendre, tant techniquement qu’humainement.

Un conseil pour un développeur Java / Spring qui veut se lancer en tant que freelance ?

J’ai connu un certain nombre de personnes qui ne se sont pas lancées par manque de confiance en soi. Pourtant, il n’y a pas de parcours ou de compétence type pour devenir développeur freelance.

Un développeur peut parfaitement réussir en tant que freelance si celui-ci estime être un bon professionnel. Nul besoin d’être une rockstar dans son domaine. Souvent, c’est l’expérience et le feedback de ses collègues qui permettent de réaliser que l’on produit du bon travail.

Avec l'expérience que tu as maintenant, quels conseils donnerais-tu à un freelance pour bien gérer ses clients?

Au delà de la qualité du travail que l’on fournit grâce à nos compétences techniques, il faut savoir établir une véritable relation de confiance avec ses clients. Pour cela, il faut rester honnête et transparent en toutes circonstances.

Au delà de la satisfaction client qui sera engendrée, cela améliore notre réputation. Une bonne réputation est sans aucun doute le meilleur facteur de réussite pour un freelance.

Qu'est ce qui est dur pour se vendre à un client selon toi ?

Ce n’est pas une véritable difficulté, mais un conseil de bon sens. Pour bien se vendre, je conseille vivement d’étudier rigoureusement le contexte du client avant de le rencontrer. Ainsi, il sera plus aisé de passer ses entretiens avec brio et de convaincre le client que vous êtes la bonne personne pour son besoin et d’investir sur vous.

Ensuite, il faudra passer par la négociation du tarif, qui n’est jamais une chose aisée lorsque l’on est pas coutumier de l’exercice. C’est pour cela qu’il est important de bien connaître sa valeur sur le marché.

Comment évalues-tu une mission ?

Un peu comme un recruteur en face d’un CV, on peut seulement juger une mission sur des mots clés et la description qui en est faite durant les entretiens. Pour ma part, j’accorde beaucoup d’importance à l’environnement technique qui doit procurer du challenge et être stimulant. Je suis également sensible aux méthodes utilisées pour organiser et mettre les équipes dans les meilleures conditions. Enfin, le feeling avec le client lors des premiers contacts est primordial pour estimer si le courant va bien passer.

D’autres aspects sont également très importants, mais difficiles à jauger en amont, comme la qualité de l’environnement de travail ou l’ambiance entre les équipes.

Quelles sont les raisons qui te feraient dire "non" à un client ?

Tout d’abord, si les critères cités ci-dessus ne me conviennent pas.

De plus, Il faut être vigilant par rapport aux objectifs de la mission, notamment sur les contraintes de délai et de budget. Il ne faut pas hésiter à refuser les missions dont les objectifs paraissent impossibles à atteindre.

Et à côté du boulot, quelles sont tes activités ?

Le week-end, je me détends en faisant de la pâtisserie. Cela permet de se faire plaisir, mais aussi de s’exercer dans une discipline qui demande encore plus d’organisation et de précision que dans notre métier de développeur !

Je suis également un grand fan de basketball et j’essaie de pratiquer autant que possible lorsque j’ai un peu de temps libre.

Stéphane Petit vous a conquis ? Partagez !

  • Java
  • Spring
  • ACCOR

Stéphane Petit
Développeur Java / Web

Découvrez d'autres stories freelances